+84 943 920 555 WhatsApp

info@indo-pacifictravel.com

Top
Spectacle Tu Phu - Indo-Pacific Vietnam Travel
fade
4692
post-template-default,single,single-post,postid-4692,single-format-standard,mkd-core-1.1,mkdf-social-login-1.0,mkdf-tours-1.2,voyage-ver-1.2,mkdf-smooth-scroll,mkdf-smooth-page-transitions,mkdf-ajax,mkdf-grid-1300,mkdf-blog-installed,mkdf-breadcrumbs-area-enabled,mkdf-header-standard,mkdf-sticky-header-on-scroll-down-up,mkdf-default-mobile-header,mkdf-sticky-up-mobile-header,mkdf-dropdown-default,mkdf-header-style-on-scroll,mkdf-fullscreen-search,mkdf-fullscreen-search-with-bg-image,mkdf-search-fade,mkdf-side-area-uncovered-from-content,mkdf-medium-title-text,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0,vc_responsive

Spectacle Tu Phu

Spectacle Tu Phu

«Tu Phu», une expérience artistique originale pour les amis francophones

 

Organisée sous les auspices du Comité national de l’UNESCO du Vietnam et de la Société de Théâtre Viêt (Vietttheatre), cette séance d’interprétation combine le rituel «hâu dông» (médiumnité) et le chant «châu van» (chant des sorcières).

Après trois ans de préparation, fin 2015, Viêt Tu a présenté son travail au Théâtre Công nhân, 44 rue Tràng Tiên, à Hanoï. Un spectacle de 50 minutes, dénommé «Tu Phu» (Quatre Palais en français), qui représente de nombreuses pratiques du culte des Déesses-Mères.

Programme de « Tu Phu »

La performance comprend trois parties
– Vidéo d’Ouverture
– La réincarnation de Chau De Nhi (2eme Femme – En forme de Déesse – Mère des Haut Plateaux, 2eme Femme règne sur 36 districts des hauts plateaux. Sa robe verte est brodée de fleurs, une écharpe verte tenant une torche enflammée)
– Vidéo concernant les costumes de Ong Hoang Muoi ( Le 10e Chevalier – Le Prince du Ciel qui a été envoyé dans le Monde et est devenu un mandarin distingué. On lui a nommé numéro 10 pour sa perfection, il est non seulement un grand mandarin mais aussi un poète exceptionnel)
– La réincarnation de Ong Hoang Muoi
Danse de Drapeau
Poésie
Clair de Lune et Vin
– La réincarnation de la Petite Fille des Hauts Plateaux (co Be Thuong ngan – la représentante des petites fées servant la Déesse – Mère qui porte de brocart, collier en argent, danse avec des parapluies et corbeille de fleurs.
– Distribution du bonheur
– Encore
Tous les 6-12 mois, le contenu du programme sera modifié de sorte que les spectateurs peuvent se régaler de l’ensemble de 36 sessions du rituel complet.

Tous les Jeudi et Samedi
18:00 & 19:30
Au Théâtre Cong Nhan, 42 Trang Tien, Hanoi

Pour la réservation des billets: www.viettheatre.com
Hotline: +84 90 219 5650

 

Le culte des Déesses-Mères,
patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Reconnu en décembre 2016 comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, le culte des Déesses-Mères du Vietnam marque le point incomparable de la culture vietnamienne.
Mené par le chant châu van, le culte interprète 36 différents personnages, ceux qui représentent les fameux héros et génies dans les contes du pays.

Cette cérémonie de culte des Déesses-Mères, une croyance purement vietnamienne, date des IIe – IIIe siècles avant J.-C. Un rite qui prend sa source dans la coutume de culte de la Déesse du Riz et de la Déesse-Mère (époque de matriarcat). Selon les historiens, du fait que leur existence était sous la dépendance des éléments naturels, les Vietnamiens d’antan vénéraient les esprits capables de les protéger, regroupés sous le vocable de «Déesses-Mères». Celles-ci géraient chacune une sphère de l’Univers : le Ciel, la Terre, les Eaux, les Forêts et Montagnes.

Au panthéon vietnamien figurent quatre Déesses-Mères dirigeant l’Univers : celle du Ciel (Mâu thuong thiên), celle de la Terre (Mâu Dia), celle des Eaux (Mâu Thuy), celle des Forêts et Montagnes (Mâu Thuong Ngàn). Nombreuses sont les légendes qui racontent la naissance et l’existence mystérieuses de ces divinités.

Au XVIe siècle, répondant à l’aspiration de la population d’honorer Liêu Hanh, une Vietnamienne canonisée considérée comme la «princesse du Ciel», celle-ci fit son entrée parmi les Déesses-Mères. Pour les Vietnamiens, la Déesse-Mère Liêu Hanh est l’incarnation des mondes céleste et terrestre. Ainsi, un lieu de culte des Déesses-Mères présente-t-il toujours trois trônes destinés à la Mère Liêu Hanh (au milieu), à la Mère des Eaux (à droite) et à la Mère des Forêts et Montagnes (à gauche).

Né dans le Nord du pays, le culte des Déesses-Mères a essaimé dans de nombreuses localités du Centre et du Sud. On dénombre plus de 7.000 lieux de culte, notamment dans le Nord (provinces de Lang Son, Hanoï, Nam Dinh, Thanh Hoa…).  Lors des fêtes traditionnelles, les pèlerins prient pour la chance, la richesse, la paix et la prospérité.

Le culte des Déesses-Mères se caractérise par ses chants religieux et une représentation qui combine harmonieusement chant, danse, musique, costumes… On dénombre 36 airs chantés destinés respectivement aux 36 «Gia dông» (scènes religieuses). Chacune raconte une légende, un récit fabuleux ou une histoire mythique… honorant tel ou tel esprit, saint(te), divinité, héros national… Parmi ces derniers, le généralissime Trân Hung Dao, qui a maintes fois repoussé les agresseurs venus du Nord, tient une place particulière.

 

Ville de Nam Dinh (Nord). Dans le temple dédié à Trân Hung Dao, un généralissime de la dynastie des Trân (XIIIe – XIVe siècles), s’élèvent des mélodies de Châu van, accompagnées d’une viole à deux cordes. Des fidèles entourent une femme coiffée d’un châle rouge et vêtue d’une tunique colorée, qui chante en s’accompagnant de mouvements maniérés. Ambiance solennelle et de recueillement. La femme semble en transe, telle un médium.

Le rituel de possession dénommé «Hâu bong» (communiquer avec les esprits par l’entremise d’un médium) ou «Lên dông» (entrer en transe) est un élément central de ce culte. La séance a lieu souvent dans un lieu sacré, soit dans un temple propre à cette croyance (appelé Phu), soit dans un temple dédié au culte d’un génie ou d’un héros national (Dên), soit dans l’enceinte d’une pagode (Chùa). Le maître de cérémonie est un médium, appelé «Thanh dông» (littéralement «homme des esprits»), qui sera l’intercesseur entre les vivants et les esprits.

La tradition veut que les esprits puissent se substituer à l’âme du «Thanh dông». Une fois en transe, celui-ci se tranforme corps et âme en l’esprit invité, par des chants et des gestes.

Le (ou la) «Thanh dông» porte une tunique traditionnelle en soie aux couleurs criardes et un châle rouge sur la tête. Il/elle est exagérément maquillé/e, sa longue chevelure tombe sur les épaules. Une séance de «Hâu bong» se compose de plusieurs «Gia dông» (scènes chantées religieuses), jusqu’à 36, chacune étant réservée à un esprit. À chaque scène, le/la «Thanh dông» doit changer de costume et d’accessoires selon l’esprit à incarner. Et de chanter une mélodie spécifique en faisant des mouvements maniérés. Assis par terre tout autour de la «natte sacrée», les mains jointes devant la poitrine, les fidèles suivent attentivement le médium. Par l’intermédiaire de ce dernier, ils peuvent communiquer avec les esprits ou les défunts. Le rituel dure des heures, jusqu’à ce que le/la «Thanh dông» cesse d’entrer en transe. La séance se termine dans la musique et le cantique «Adieux».

 

 

 

No Comments

Leave a Reply:

You don't have permission to register